Archives de la Catégorie : 1. Réflexions au quotidien

(Anciennement Résumés)

Nouveau en septembre

Étant donné que je ne donne plus de cours de méditation, la rubrique « Résumés » n’a plus sa raison d’être. Après réflexion dans la chaleur estivale, je vais vous proposer dès le mois de septembre, à la place de celle-ci une nouvelle rubrique intitulée : « Réflexions au quotidien ».

Son contenu sera une invitation à chacune et chacun de faire de même durant vos méditations et cogitations personnelles. Bonne pratique.

Les êtres vivants n’ont aucun défaut

Habitués à ne voir principalement que les défauts chez les autres, nous avons une grande difficulté à voir ceux-ci comme parfaitement bons et sans perturbations. Ainsi, comment pouvons nous considérer la personne en face de nous dont l’esprit est rempli de colère comme quelqu’un exempt de tout défaut? Cela nous paraît d’une certaine façon impossible.

Pourtant, en comprenant que tous les êtres sensibles sont en quelque sorte pris en otage par leurs perturbations mentales et ne réagissent qu’en fonction de celles-ci, ils sont simplement incapables de manifester autre chose. En d’autres termes, les êtres vivants sont tous atteints d’une maladie mentale qui s’appelle perturbations mentales.

Tout comme nous n’allons pas blâmer une personne pour la maladie qui la fait actuellement souffrir, nous ne pouvons par le même raisonnement blâmer une personne sous l’emprise de la maladie de ses perturbations mentales. En développant notre patience et notre compassion, nous pouvons ainsi faire abstraction des perturbations mentales manifestes, et nous pouvons voir tous les êtres sans aucun défaut.

Les êtres vivants n’ont aucun défaut est le thème du cours du mercredi 7 mars 2012

La bonté des autres

Avez-vous songé une fois à toutes les personnes qui ont contribué à ce qui fait que vous puissiez jouir de cette corbeille de légumes. Combien de celles-ci ont travaillé durement, parfois dans des conditions difficiles, par tous les temps pour que ce qu’ils ont semé se développe le mieux possible et vous les proposer. Sans leur contribution, nous ne pourrions pas profiter des bienfaits des produits de leur terre. Du point de vue spirituel, ce labeur est la manifestation de la bonté de toutes ces personnes, en une chaîne interrompue jusqu’à vous.

Nous avons hélas souvent le sentiment que tout nous est dû et nous consommons toute chose sans arrière-pensée et sans état d’âme, comme si c’était normal. Il en va de même pour tout ce que nous avons, tout ce que nous utilisons. Chaque fois que nous tenons quelque chose entre nos mains, pensons : « Combien de personnes bienveillantes ont contribué à l’existence de ce que je tiens dans mes mains? Puissé-je leur rendre leur bonté! »

La bonté des autres est le thème du cours de mercredi 22 février 2012

L’attachement

La plupart de nos problèmes viennent du fait que nous cherchons la satisfaction dans les plaisirs du samsara. Tant que nous demeurons attachés aux conforts de ce monde ordinaire, nous aurons tendance  à être surexcités quand nous les possédons et abattus et déprimés quand nous les perdons. Nous continuerons à être instables, vulnérables et émotionnellement dépendants de ces choses. Notre motivation étant centrée sur notre intérêt d’obtenir  des plaisirs, la plus grande partie de notre énergie sera consacrée à se les procurer et à éviter de les perdre.

L’attachement désirant est un facteur mental qui observe son objet contaminé, le ressent comme attirant, exagère cet attrait, le trouve désirable, développe le désir de le posséder et se sent comme s’il s’était absorbé dans l’objet.

….

Mercredi prochain au cours de méditation

Développer l’humilité

Développer l’humilité

Par la méditation, nous pouvons investiguer les profondeurs de notre esprit et toucher ce point sensible, ce sentiment d’humilité. C’est se mettre à nu, sans orgueil, sans auto-préoccupation. Et comme toutes les profondeurs, elles nous font peur et nous hésitons avant d’y descendre de peur de s’y confronter.

Nous savons que l’auto-préoccupation est cet état d’esprit qui nous fait croire que nous sommes suprêmement importants. Il nous conduit évidemment à refuser des parties de nous-mêmes considérées comme négatives et que nous voudrions faire disparaître. Nous voudrions ignorer ce qui ne correspond pas à l’image que nous voulons conserver de nous.

Pour détruire cet état d’esprit qui nous maintient dans la souffrance, les enseignements de Bouddha nous encourage à développer l’esprit d’humilité en pensant que nous ne sommes pas si précieux ou plus important que qui que ce soit d’autre.

Cette semaine mercredi au cours de méditation.

Les avantages de chérir les autres

Si nous améliorons notre perception de la bonté des autres, nous allons avoir ce cœur chaleureux et cette tendresse, et chérir naturellement les autres. Même s’ils ont beaucoup de défauts, nous verrons leur beauté, tout comme une mère voit la beauté de ses enfants quoi qu’ils fassent.

À partir de l’amour affectueux, se développe l’amour qui chérit les autres, et à partir de l’amour qui chérit les autres, se développe l’amour désirant, l’amour qui désire que tous les autres soient parfaitement heureux.