Pourquoi pas, … ? Oui mais … !

Englués dans nos occupations ordinaires, nous ne cessons de remplir notre emploi du temps par une multitude de choses futiles laissant bien peu de place pour les choses importantes comme par exemple notre pratique spirituelle. Pourquoi cette obsession ? Parce que les préoccupations de ce monde ordinaire sont à nos yeux bien plus appréciables que les activités liées à notre pratique du dharma. Ces dernières se trouvent le plus souvent au bas notre liste des tâches à faire. Or cette attitude entretient l’insatisfaction dans notre quête du bonheur et n’engendre finalement que de la souffrance. Depuis des temps sans commencement, nos mauvaises habitudes, produites par nos perturbations mentales, induisent cet état d’esprit jour après jour. Pour remédier à cette situation, nous devons impérativement changer d’attitude, mais comment ?

Les perturbations mentales, telles que la colère, l’attachement, la préoccupation de soi, etc. sont le résultat du mûrissement de notre karma, dans ce cas négatif. Alors que de toutes les activités provenant de l’application du dharma engendrent un karma positif. Nous serions bien inspirés de pratiquer la patience, l’amour, la compassion et ainsi de suite pour créer un tel karma. Rappelons que karma en sanscrit signifie l’action. Celui-ci sera vertueux si nos actions sont positives et correctes et malheureux si nos actions sont négatives et incorrectes. Or, nos actions dépendent principalement de notre intention. Dans son livre “Comment comprendre l’Esprit”, vénérable G. K. Gyatso précise la définition de l’intention, je cite : “L’intention est, par définition, un facteur mental dont la fonction est de centrer son esprit principal sur un objet”.

Ainsi, la nature de notre karma positif ou négatif dépend de notre intention à nous centrer sur les objets rencontrés dans nos activités quotidiennes. Selon l’orientation de notre intention, une action bénéfique ou malheureuse s’en suivra. Puisque notre intention est à la genèse de toutes nos actions, il est très important de mieux cibler nos intentions. Dans le flux incessant de nos pensées, celles qui nous sont bénéfiques sont “en compétition” avec celles, plus nombreuses, qui produisent notre malheur et notre souffrance. Le choix dépendra de notre état d’esprit basé soit sur notre sagesse intérieure, soit sur les suggestions trompeuses de notre préoccupation de soi. À ce propos, je lisais l’autre jour à l’entrée d’un restaurant, la célèbre citation d’Epicure “Hâtons-nous de succomber à la tentation, avant qu’elle ne s’éloigne”, une manière de s’enfoncer encore plus dans le samsara.

Comme la tentation de céder aux objets samsariques nous est hélas très familière, nous devons opter pour une stratégie plus efficace pour ne pas la suivre. Alors comment faire ? Dans notre fonctionnement habituel, la question “Pourquoi pas … ?” nous sert de support pour développer l’intention. L’action subséquente est souvent subordonnée à un argument introduit par une phrase commençant par “Oui mais … “. Ainsi les tergiversations et les atermoiements de notre esprit peuvent nous conduire aussi bien dans des actions vertueuses que dans des actions non-vertueuses. “Pourquoi pas …” ouvre une possibilité d’action et pourra être annihilée par la considération subséquente “Oui mais … “. Ce canevas s’applique dans notre vie de tous les jours aussi bien pour des intentions vertueuses que pour celles qui ne le sont pas . Alors “Pourquoi pas redoubler de vigilance pour réduire notre karma négatif ?” ou bien encore “Pourquoi consacrer du temps à méditer ? à quoi vous répondrez peut-être “Oui mais … !

Compilé à partir de notes personnelles inspirées de mon parcours  et de mes expériences du dharma, ces années passées

Crédits Illustrations http://fr.123rf.com

 

Advertisements

3 thoughts on “Pourquoi pas, … ? Oui mais … !”

    1. Bonjour,
      Merci de votre question. Pour répondre de façon détaillée, le thème de l’intention pourrait faire l’objet d’un article à lui tout seul. Mais pour répondre succinctement, vous pouvez déjà considérer ce qui suit.
      Si un effet négatif nous semble être la réponse à une bonne intention, plusieurs interprétations peuvent apporter une explication. Soit l’intention manquait de précision et impactait plusieurs potentialités karmiques desquelles la plus pertinente à mûrit, soit l’intention était “contaminée” par l’attachement ou par une croyance incorrecte, ou encore une interférence avec le mûrissement inattendu d’autre aspect karmique.

Les commentaires sont fermés.