Comment se libérer de la colère et du ressentiment

Comment se libérer du poison intérieur de la colère et du ressentiment ? La colère ou le ressentiment qui sont des perturbations mentales ne peut apparaître sans la présence de causes et de conditions. La colère et le ressentiment n’existent pas de manière intrinsèque, de leur propre côté. Pour que la colère ou le ressentiment se manifeste en nous, il faut qu’un ennemi existe et que nous le percevions. Nous devons être en présence de quelqu’un qui nous fait réagir en nous faisant mal. Si par contre en face de nous se trouve quelqu’un qui nous veut du bien et qui nous aime, nous n’avons ni colère, ni ressentiment envers lui. La colère et le ressentiment se manifestent en nous qu’à la condition que nous percevions un danger venant d’un ennemi, une personne à qui nous imputons l’étiquette : “Il ou elle m’a fait mal”. Dès cet instant, à cause Colere-Ressent-01de cette personne, la colère et le ressentiment apparaissent et prennent les commandes de notre esprit. Mais si nous sommes en présence de quelqu’un de bienveillant qui nous vient en aide, la colère et le ressentiment n’ont aucune chance de se développer.

Même si la manière utilisée par celle-ci peut être désagréable et nous fait souffrir, elle nous a finalement aidés. Il n’est pas facile d’adopter le point de vue qui perçoit que les autres nous aiment malgré le fait qu’ils nous mènent la vie dure. Cette constatation est surprenante et demande un peu de réflexion. Si de notre point de vue nous n’avons plus de colère et de ressentiment envers personne, nous n’avons plus d’ennemis. Pour quelqu’un qui s’est libéré de la colère tel un bouddha, tous les êtres vivants sont des amis quelle que soit la manière dont ils nous traitent. Parce que chaque être vivant nous enseigne quelque chose. Il fonctionne à la manière d’un écho karmique d’un aspect de notre esprit actuellement dysfonctionnel. De ce point de vue chaque être vivant nous aide. Sachant que notre esprit est le créateur de tout ce que nous vivons, le changement de notre point de vue en passant de la confusion à la sagesse nous amène à cette compréhension. Qu’en face de nous se trouve quelqu’un qui nous “casse les pieds” ou quelqu’un qui nous entraîne à la patience dépend essentiellement de notre point de vue.

À quoi ressemblerions-nous si tout le monde comblerait tous nos désirs ? Que personne ne nous aurait jamais contredits en nous mettant des bâtons dans les roues ? Nous serions comme un enfant gâté qui ne supporte pas qu’on lui dise non et qui croît que le monde tourne autour de lui. Heureusement qu’il existe des personnes qui ne satisfont pas systématiquement nos désirs et ne nourrissent pas notre orgueil nous incitant à la colère ou au ressentiment. Une personne orgueilleuse ne peut apprendre de personne, parce qu’elle a Colere-Ressent-02la conviction de mieux savoir que quiconque. Si nous sommes orgueilleux, nous avons le sentiment que personne n’est assez bien pour nous aider et de ce point de vue nous regardons les autres avec condescendance. L’orgueil est un état d’esprit, une perturbation mentale, qui nous amènent à avoir une vue déformée de nous-mêmes et nous fait souffrir. Il n’y a aucun mal à avoir des qualités, le problème se manifeste lorsque l’importance de celles-ci dépasse les limites de la convenance en nous incitant à l’arrogance, à la colère et au ressentiment, nous avons alors un sentiment de supériorité.

C’est pourquoi nous devons être vigilants, car lorsque tout va bien dans notre vie, que tous nos désirs sont satisfaits, nous développerons facilement de l’orgueil. Ce dernier nous entraîne alors dans une spirale lorsque nos richesses et notre savoir grandissent, que les autres nous vouent une admiration excessive renforçant l’opinion que nous avons de nous-mêmes au point que nous finissons par y croire. Cette attitude nous pose alors un problème majeur parce qu’elle nous coupe de toute possibilité d’apprendre quelque chose de quelqu’un d’autre. Satisfaits de ce que nous avons, nous pensons en savoir plus que tous les autres. Pourtant si d’autres personnes nous montrent par leur comportement, leurs paroles ce que nous pourrions changer en nous, en fait de par leur bienveillance, elles nous aident. Nous souffrons de la colère et du ressentiment parce que cela nous fait mal du moment que d’autres sont le reflet de nous-mêmes, nous révélant ainsi consciemment ou inconsciemment les choses que nous devrions changer dans notre esprit.

Nous développons de la colère ou du ressentiment lorsque la personne a “mis le doigt” sur ce qui est sensible actuellement. Elle a appuyé sur le déclencheur qui nous fait réagir. Et notre réaction habituelle est de lui en vouloir parce qu’elle semble être la cause de notre souffrance. Tout se passe comme si elle avait activé la colère et le ressentiment prêts à se manifester. Le problème ne réside pas dans le fait que quelqu’un active le déclencheur mais plutôt dans le fait d’avoir ce déclencheur. S’il n’y a aucun déclencheur en nous, rien ne peut être déclenché. Pour illustrer cela, prenons la mesure du taux d’acidité de notre miction. Pour bien fonctionner l’acidité de notre organisme doit être dans une plage de valeurs précises. Une valeur en dehors cette plage révèle un dysfonctionnement. Or nous pouvons connaître ce taux d’acidité en utilisant un papier spécialement conçu Colere-Ressent-03pour ce genre de mesure. En trempant ce dernier dans un récipient de notre urine, nous pouvons évaluer cette acidité. S’il y a une acidité anormale le papier vire vers le rouge (acide) et au contraire vers le bleu (Alcalin).

De la même manière pour nous, si nous développons de la colère ou du ressentiment dépend de la présence de ce qui nous fait réagir. La personne agit à la manière d’un papier-révélateur de nos perturbations mentales de colère et de ressentiment dont nous avons besoin de nous en libérer, de ce point de vue-là nous aide. Sans révélateur, nous ne pouvons pas savoir si notre esprit est sous l’emprise de la colère ou du ressentiment. Ce sont en fait les autres qui agissent comme révélateur et en leur absence nous allons continuer à nourrir celles-ci. Ainsi, nous avons une multitude d’états d’esprit perturbés qui nous font mal et que nous ne reconnaissons pas parce que nous ne les voyons pas. Nous sommes conscients des dégâts qu’ils occasionnent sans pour autant reconnaître leur provenance. Pour nous débarrasser de ces maux, nous avons besoin de les nommer et de les identifier clairement. Dans ce sens, même à leur insu les autres nous sont bénéfiques dans chaque situation. Leur attitude fonctionne comme révélateur de nos perturbations de colère et de ressentiment et nous aide à les éradiquer définitivement.

Inspiré d’un enseignement reçu au IRC-Kailash Törbel donné par Kelsang Gikgyob au mois de novembre 2014
Advertisements