Comment les distractions perturbent notre esprit?

Notre esprit, confronté à un monde de plus en plus complexe de par la multitude d’informations omniprésentes dans notre vie, ne cesse de chercher à comprendre et percevoir tous les objets et tous les phénomènes qui nous entourent. Cette abondance de stimulations de toutes sortes perturbe parfois gravement notre esprit. Il arrive souvent que notre esprit, tout en étant focalisé sur l’objet de notre occupation, se laisse distraire par une pensée parasite qui interfère avec celui-ci. Qui ne s’est pas trouvé plongé dans une réflexion profonde sur un sujet et que soudainement le souci de quelque chose d’autre se manifeste? A ce moment précis la tentation de se laisser accaparer par ce nouveau centre d’intérêt prend de l’importance. Et nous pensons pouvoir fonctionner en “multitâches”, ce qui n’est pas une spécificité de nos agrégats contaminés. Dans ce contexte nous nous efforçons d’être efficaces, aussi bien dans notre quotidien que dans notre pratique, nous nous laissons encore souvent distraire.

Alors, comment se soustraire à toutes ces distractions? Nous devons renforcer notre concentration. La concentration est un état d’esprit capable de rester focalisé sur un objet en un seul point et d’y rester. Distractions-01La concentration est l’opposant par excellence à la distraction. N’avez-vous jamais observé un enfant absorbé par le nouveau jouet qu’il vient de découvrir? Celui-ci est tellement concentré et absorbé par cette expérience que pour lui le monde autour de lui disparaît. Cette image devrait nous inspirer. Au lieu d’avoir notre énergie à l’extérieur qui passe d’un objet à un autre, d’une pensée à une autre, la concentration monopolise notre attention en un point à l’intérieur de notre esprit, point duquel nous créons notre relation au monde qui nous entoure. En aucun moment nous sommes coupés du monde extérieur et ignorons ce qui se passe, mais nous en gardons le contrôle. Plus simplement, nous observons ce qui se passe à l’extérieur tout en observant simultanément de l’intérieur comment nous nous sentons en présence de l’objet observé. La difficulté apparaît lorsque des distractions surgissent à l’improviste et que nous sommes tentés de changer l’objet de notre observation.

Bien sûr que nous devons gérer de nombreuses pensées importantes dans notre quotidien. Il s’agit de ne pas vouloir les traiter toutes en même temps. Car dès l’instant où nous nous occupons d’une d’entre elles les autres représentent une source de distractions. Pour cela nous devons les éloigner et les reléguer à une “distance de sécurité”. Cette “distance de sécurité” est une distance positive qui nous permet de maintenir notre attention sur la pensée en cours sans distractions et sans interférence avec les autres pensées. En d’autres termes, imaginez une salle d’attente d’un cabinet médical, les patients attendent leur tour aussi longtemps que le médecin est occupé avec Distractions-02la personne précédente. Il arrive parfois aussi que nous nous laissons consciemment distraire, le plus souvent par de choses futiles. Il s’agit là d’une stratégie de fuite que nous adoptons lorsque nous manquons de motivation pour faire quelque chose. A la manière d’un monologue intérieur, nous évaluons ce que nous sommes en train de faire comme une tâche fastidieuse. Nous sommes prêts d’abandonner celle-ci pour le moment et la remplaçons immédiatement par une tâche certes futile mais surtout très distrayante et attractive. En prenant conscience de ce subterfuge, nous pouvons naturellement nous poser la question : “Pourquoi je me laisse distraire ainsi?”. Le fait de se poser cette question nous amènera à changer notre attitude face à la distraction.

Si nous commençons à nous laisser envahir par des distractions, nous nous remplissons d’activités inutiles et futiles. Grâce à cette observation intérieure, il arrive un moment où nous arrivons à dire : “Non, ce n’est pas ce que je dois faire en ce moment”. Cette manière de répliquer vient de la sagesse qui nous ramène vers notre préoccupation Distractions-03principale. Lorsque nous sommes capables de nous recentrer en nous-mêmes tous les problèmes typiques de la vie moderne vont progressivement disparaître. Pour ne pas tomber dans le piège de la distraction, nous devons changer notre attitude. Comment ? Par l’entraînement de notre esprit à la concentration, l’opposant à la distraction. Pour cela nous pouvons utiliser pour commencer la méditation sur la respiration. Ainsi, lorsque nous serons capables de maintenir notre attention sans interruption sur notre respiration durant une période de plus en plus longue, nous pourrons appliquer cet entraînement à tout autre objet que notre esprit perçoit.

 Compilé d’après des notes personnelles et un enseignement reçu au Centre Atisha de Lausanne donné par Tania Medina en 2013
Advertisements