Méditation : La prise et le don

Dans ce monde de plus en plus dégénéré, tous les jours nous sommes confrontés à la souffrance et parfois à la détresse de ceux qui nous entourent. À ce moment-là, nous voudrions tellement leur venir en aide, mais comment? Puisque nous n’avons les moyens habiles des bouddhas pour leur apporter concrètement une aide, nous pouvons le faire tout de même de manière plus subtile. Nous avons tous en nous une partie de notre esprit qui est déjà illuminée, notre graine de bouddha. Et puisque tout est création de l’esprit, nous pouvons bien imaginer utiliser cette partie-là de notre esprit pour agir. La difficulté majeure qui nous empêche de le faire est notre ignorance, notre préoccupation de soi et notre ignorance de saisie d’un soi. En effet, nous nous croyons tellement important et précieux que nous accordons que peu d’importance aux autres. Alors que les bouddhas accordent considèrent tous les êtres vivants comme importants, sans discrimination.

Nous pouvons venir en aide à quelqu’un en pratiquant « la Prise et le Don », une méditation très courante dans les milieux bouddhiste. En éprouvant une grande compassion pour la [personne lambda] à qui nous voulons apporter notre aide, nous laissons notre cœur s’ouvrir d’avantage pour accueillir avec empathie la souffrance et la détresse de celle-ci. Nous voulons lui offrir plus d’espace pour se libérer de ses problèmes. Pour ce faire, nous imaginons à la place de [personne lambda] la ou les personnes à qui nous voulons apporter un peu de réconfort et de soulagement, tout en suivant les suggestions décrites dans les lignes ci-dessous sous forme d’une méditation guidée.

 Guide pratique : À chaque fois que vous entendez un bip sonore aux endroits marqués par [personne lambda] en pensée vous remplacez ce signal par le prénom de la personne pour laquelle vous faites cette méditation.

  • Je génère un sentiment de compassion et de pur amour, libre de toute préoccupation de soi.
  • Ce sentiment grandit maintenant en moi au point d’ouvrir mon cœur et de laisser s’exprimer ma bodhitchitta.
  • J’aspire à demeurer ouvert à toute situation, à toute difficulté sans me refermer.
  • Puis je me concentre sur [personne lambda] que j’imagine dans l’espace devant moi.
  • Avec toute mon empathie, je perçois ce que ressent [personne lambda].
  • Comme dans mon esprit [personne lambda] n’est pas séparé de moi, par l’échange de soi-même avec l’autre,
  • Je peux me mettre à sa place pour mieux ressentir sa douleur, sa souffrance.
  • Et je m’ouvre autant qu’il est nécessaire pour accueillir tout ce qui se présente.
  • Je pourrais lire sur le visage de [personne lambda] sa détresse d’être ainsi victime de ses perturbations mentales.
  • Et je pense : « [personne lambda] éprouve en ce moment une souffrance indescriptible dans sa vie.
  • Celle-ci continuera à la faire souffrir aussi longtemps qu’il ou elle n’en sera pas libéré(e) ».
  • En développant cet amour désirant qui grandit en moi en ce moment, je pense :
  • « Comme ce serait merveilleux si [personne lambda] pouvait être définitivement libéré(e) dès maintenant ».
  • « Puisse-t-elle y parvenir ».
  • « Je vais moi-même contribuer à ce cela s’accomplisse. Je dois le faire maintenant ».
  • Ce qui a de l’importance en ce moment est la souffrance de [personne lambda], lui ou elle seul(e) compte pour moi. Rien n’est plus important.
  • Sans distraction, en me concentrant sur [personne lambda], je procède de la manière suivante :
  • J’imagine que toute sa souffrance, son inconfort, tout ce que vit [personne lambda] en ce moment se rassemble sous l’aspect d’une fumée noire.
  • Je prends cette fumée en moi au niveau de mon cœur et la laisse se dissoudre dans mon ignorance, ma préoccupation de soi et ma saisie d’un soi.
  • À chaque inspir, je visualise cette fumée noire entrer en moi et se dissoudre au niveau de mon cœur.
  • Au moment d’inspirer, je reçois la souffrance dont [personne lambda] fait l’expérience.
  • Et à chaque expir, je visualise une vague d’amour et de compassion remplir le cœur de [personne lambda].
  • Tout ce qui pourrait lui faire du bien en ce moment.
  • Je fais ceci durant de longues minutes en échangeant son mal-être par une paix intérieure venant de l’amour et de la compassion que je lui adresse.
  • [Pause 2 min avec gong]
  • Au fur et à mesure que j’inspire sa souffrance et que j’expire une force d’amour et de compassion, je peux lire un soulagement sur son visage.
  • [Pause 5 min avec gong]
  • Je développe ensuite la profonde conviction de [personne lambda] est définitivement libéré(e) de toute souffrance.
  • Au fond, ce que je souhaite c’est de lui offrir suffisamment d’espace dans son cœur pour se détendre
  • Pour qu’un soudain changement d’attitude puisse l’aider à laisser tomber son fardeau de souffrance et de douleur.
  • Avec une grande foi, j’assiste à la transformation progressive de [personne lambda].
  • En résultat, [personne lambda] est maintenant resplendissant(e) de lumière, le regard souriant en ayant retrouvé tout son bien-être.
Publicités