Le karma, on peut détester mais on peut aussi aimer

BoomerangLe karma c’est la loi de causalité enseignée par Bouddha. Plus précisément chaque action aura une conséquence qui sera une expérience en relation dépendante et il ne peut y avoir d’expérience sans cause. Ainsi, les expériences ou les situations qui se manifestent actuellement dans notre vie quotidienne ne sont pas dues au hasard. Elles résultent d’actions que nous avons commises dans un passé plus ou moins lointain. Selon ce que nous vivons actuellement, par ignorance, nous pouvons détester ou aimer notre karma.

Pourquoi pouvons-nous détester ce karma? Si nous nous focalisons essentiellement sur les situations pénibles et douloureuses que nous traversons évidemment la vie nous semble une sinécure jonchée de problèmes et de souffrance. Et à cause de notre grande ignorance nous recherchons en vain un coupable responsable de notre déconvenue, que ce soit un objet, une situation ou quelqu’un. Nous pensons qu’il y a forcément une raison liée à ces objets et phénomènes extérieurs à notre esprit. En fait en aucun moment nous pensons que ce que nous vivons n’est autre que l’effet d’actions que nous avons créées antérieurement. Nous serions bien inspirés de comprendre que nous sommes les seuls responsables de ce qui nous arrive.

ChoixPourquoi pouvons-nous aimer ce karma? Grâce à un statut social élevé ou à la possession de nombreux biens matériels nous avons l’impression d’être heureux. Et de la même manière nous croyons que les objets et les phénomènes extérieurs à notre esprit sont responsables de ce que nous vivons. Toujours en vertu de la loi de causalité, si nous expérimentons des situations agréables et heureuses, nous comprenons que ce sont nos actions passées qui sont la cause de notre bonne fortune.  Ce sont là aussi des potentialités que nous avons créé par le passé qui sont responsables de cette bonne situation. Lorsque tout va bien, enclins à l’insouciance nous en venons même à oublier l’existence de notre karma.

Nous pouvons douter de l’existence de ces potentialités sur notre karma. C’est normal car nous n’avons pas la capacité de les voir. Pourtant, nous réagissons de manière différente devant chacune de nos perceptions. Ce que l’un perçoit un autre ne le perçoit pas, et pourquoi ? Parce tout est création de l’esprit, et celui-ci utilise le “matériel karmique” à disposition. Il utilise les empreintes et les potentialités qui habitent notre propre esprit.
Lorsque nous aurons une profonde compréhension de ce mécanisme, nous pourrons voir ce qui nous entoure comme le reflet dans un miroir de ce qui se trouve en nous. Bouddha nous enseigne que chaque action créée des effets similaires à celle-ci. Ces derniers se manifesteront plus tard dans nos vies futures. En portant notre attention à ce qui va bien dans notre vie plutôt que de s’agiter et de se plaindre parce qu’il nous semble que tout va mal, nous déplaçons notre énergie créatrice vers ce qui est positif. Il y a un lien direct entre notre quotidien et précédemment dans cette vie ou dans nos vies antérieures. Et comme notre mémoire ne se souvient que de cette vie-ci, nous pouvons difficilement trouver une explication à ce qui nous arrive.

Ceci démontre simplement l’existence de ces situations potentielles entretenues dans votre esprit. Alors posez-vous la question dès maintenant : “Pourquoi ce fait divers vu dans les médias me préoccupe tant?” Est-ce une simple curiosité ? ou encore “Pourquoi j’ai une relation conflictuelle avec cette personne?”.
EngrenagesDites-vous bien que ce n’est pas l’autre qui est désagréable avec vous, mais bien ce que révèle cette personne à ce propos de votre état d’esprit. Si vous vivez dans le bien-être, le succès est présent dans votre vie, vous pensez que c’est normal parce que vous avez tout fait extérieurement pour cela et vous dites : “J’en ai bavé pour arriver où je suis” ou encore “J’ai de la chance, tout vient à moi naturellement”. Là encore ce ne sont pas les conditions extérieures qui en sont responsables, mais bien les potentialités se trouvant sur votre esprit qui ont mûri. Dans ce sens le karma nous indique où se situent les choses potentiellement néfastes ou au contraire bénéfiques que nous pouvons respectivement  purifier ou cultiver.

Réflexions qui me sont venues lors de ma retraite du 15 au 22 mai 2013, avec pour thème la purification de l’esprit par une pratique de Vajrasattva et son mantra en cent syllabes.
Advertisements

2 thoughts on “Le karma, on peut détester mais on peut aussi aimer”

  1. Merci Cher Max.,
    Ta pensée sur ce qu’est le karma me fait comprendre bien des choses.
    belle journée.

Les commentaires sont fermés.