Réflexion par temps de grippe

grippe-02Quand bien même j’ai pris beaucoup de précautions pour ne pas tomber malade, j’ai fait cette mauvaise rencontre le week-end passé! Ceci m’obligea de rester couvert et de garder le lit tout en me prodiguant les soins appropriés. J’avais donc le temps de méditer et de réfléchir au problème de la souffrance dans le samsara et en particulier à celle de ma grippe.

Ainsi mon corps malade m’amena tout naturellement à la constatation : “J’ai un problème, je suis malade!” En fait cette vision de la situation est incorrecte, car c’est mon corps qui est malade et pas moi. La maladie est le problème de mon corps mais ce n’est pas mon problème. Comment est-il possible d’affirmer cela? Par un simple raisonnement logique. Lorsque je dis “mon corps” cela confirme que je suis le possesseur et que ce corps est le mien. Or possesseur et objet possédé sont par nature des éléments distincts et donc le sens de “J’ai un problème, je suis malade” diffère de sa signification première.
grippe-01En d’autres termes, le fait que mon corps soit malade est perçu négativement par mon esprit et devient mon problème. Mon problème est mon esprit négatif envers le fait que mon corps soit malade. La maladie de mon corps est juste une situation particulière correspondant à une expérience karmique qui vient à maturité. C’est le problème qui affecte mon corps. Mon problème apparaît dès l’instant où mon esprit impute “problème” au fait que mon corps est malade.

grippe-03Certes mon corps malade requiert des soins et des médicaments appropriés et aura peut-être besoin d’une consultation chez le médecin. Tout cela concerne mon corps malade. Ce n’est pas pour autant que je dois créer une souffrance supplémentaire en m’identifiant à la maladie de mon corps. Pourtant, aussi longtemps que je m’identifie à ce corps, je m’identifie également à sa maladie et en conclusion, je souffre doublement. La seule manière de trouver une solution à mon problème consiste à changer mon état d’esprit. En changeant mon état d’esprit, j’arrête t’imputer “problème” sur quoi que ce soit. Bien que la situation extérieure à mon esprit ne change pas instantanément, mon esprit n’a plus de problème avec la dite situation.

Bouddha nous dit que tout est création de l’esprit, la maladie y compris. Comment cela est-il possible? L’expérience d’une maladie est l’effet d’une cause karmique créée dans les vies passées. Ces potentialités, ou graines karmiques sont ensemencées dans notre esprit et viennent à maturité lorsque les causes circonstancielles sont remplies. Cela montre bien que la source de la maladie se trouve au niveau de notre esprit et que si nous voulons abréger ou supprimer la maladie, nous pouvons y contribuer en changeant notre état d’esprit. Il a été vérifié que de deux patients hospitalisés avec la même pathologie, celui qui maintiendra un état d’esprit optimiste accélérera de façon signification sa guérison. Cela ne veut pas dire non plus qu’il suffit d’un changement radical d’état d’esprit pour nous guérir de la maladie, mais cela y contribuera.

Advertisements

One thought on “Réflexion par temps de grippe”

Les commentaires sont fermés.