Le monde que nous expérimentons est celui auquel nous prêtons attention

Dans les enseignements de Bouddha, il est dit que la fonction de notre esprit est de percevoir et de connaître les objets et les phénomènes. Les objets et les phénomènes n’existent pas de manière intrinsèque mais en relation dépendante de notre état d’esprit. Ainsi, nous pouvons comprendre l’importance de cet état d’esprit en rapport avec la nature des choses et des phénomènes de notre environnement quotidien.

Monde-01Le monde que nous expérimentons est celui auquel nous prêtons attention et nous n’avons pas toujours la sagesse de discerner ce qui est bénéfique ou pas pour notre développement spirituel et notre paix intérieure. Nous sommes constamment sollicité par d’innombrables informations en tout genre, que les médias ne manquent pas d’utiliser partout ou il y a une présence humaine. La plupart de ces informations relatent les misères et les déboires de nos congénères ou bien les drames et les catastrophes dans notre voisinage ou dans le monde. Il suffit de regarder les manchettes de certains journaux ou les information à la télévision pour s’en convaincre.

Monde-02Si nous ne sommes pas vigilants, comme des éponges, nous absorbons ces choses et cela affecte notre paix intérieure jusqu’à penser que tout va mal de part le monde et que nous sommes de malheureuses victimes sans défense. Alors qu’avec discernement, nous pouvons également mettre en lumière tout ce qui est positif et bénéfique dans notre vie. Tout cela dépend simplement de notre état d’esprit. Et tant que nous entretenons les perturbations mentales qui sont à l’origine de cette situation, notre vision du monde sera forcément négative et pessimiste.

Monde-03Par exemple, on me racontait dimanche le cas d’une personne qui va d’échec en échec dans sa vie et qui est convaincue que le monde lui est continuellement hostile et la prive de son bonheur. Pour elle, c’est toujours sur elle que cela tombe, tandis que les autres ont de la chance et de la réussite dans leur vie. Persuadée que c’est au monde et aux autres de changer, elle développe de la convoitise pour ceux qui réussissent et reste dans une complainte quant à sa propre situation. Il suffit parfois d’un simple petit changement d’état d’esprit pour que la situation change progressivement.

Je me souvient d’avoir lu une citation de Edward Murphy, qui dit : “Si une chose peut mal se passer, elle se passera certainement mal”. Du point du vue du fonctionnement de l’esprit, si nous anticipons le fait que cela peut mal se passer, nous créons une vision déformée de notre perception des choses au point que finalement nous sommes persuadé que cela va aller mal. Nous créons les causes et les conditions pour que cela se passe ainsi.  Autrement dit nous prêtons attention à tout ce qui va mal exclusivement et nous avons des expériences similaires. En ignorant tout ce qui  par ailleurs va bien dans notre vie nous gardons la conviction que tout est contraire à nos aspirations de bonheur et de réussite.

Changez donc votre façon de voir les choses et les phénomènes et les choses et les phénomènes que vous regardez changeront.

Advertisements

One thought on “Le monde que nous expérimentons est celui auquel nous prêtons attention”

Les commentaires sont fermés.