Le temps qu’il fait …

L’autre jour dans le bus, sans le vouloir j’ai suivi la conversation entre deux personnes. Devinez de quoi parlaient-elles? …. Du temps qu’il fait et des prévisions du temps !!! De retour chez moi, j’ai repensé à cette conversation surprise dans le bus. j’ai laissé mon esprit s’attarder sur ce thème : le temps qu’il fait. C’est inouï de constater à quel point le temps qu’il fait est le sujet dont tout le monde parle, dont tout le monde veut être au courant et dont chacun veut en savoir plus que les autres par qu’il parle en connaisseur!

C’est clair que nous voulons savoir le temps qu’il va faire pour organiser notre temps. Parce que de ce point de vue, chacun a le sien … de temps et celui des autres est moins important pour nous. Tout porte à penser que l’activité humaine d’une façon générale dépend du temps. Ceci est vrai dans notre vie ordinaire. Du reste nous sommes très bien renseignés  grâce aux nombreux bulletins météo ou sur Internet le site de Météo-Suisse qui illustre notamment une carte des dangers possibles ou probables dans tout le pays.

C’est justement de cette carte des dangers en association avec la conversation dans le bus qu’est partie ma réflexion. Du point de vue extérieur à notre esprit, c’est parfaitement justifié de s’inquiéter du temps. Mais qu’en est-il du point de vue intérieur de notre esprit. Car finalement c’est de son état que dépend notre bonheur et notre malheur.

À l’image de la carte des dangers de Météo-Suisse notre esprit peut par analogie être également représenté par une carte des dangers : nos perturbations mentales sous la forme d’un puzzle. Les pièces blanches représentant les zones où règne une certaine paix intérieure tandis que les zones de couleur, du clair au plus foncé, représentent les zones plus ou moins perturbées. Les parties de couleur orange-rouge étant les perturbations mentales en activité qui mettent  en danger de façon imminente notre paix intérieure. Mais cette carte-là ne nous soucie guère étant persuadés que notre bonheur tout comme notre malheur dépendent de circonstances extérieures à notre esprit!

Nous serions bien inspirés d’observer plus fréquemment notre état d’esprit afin de débusquer les perturbations mentales susceptibles de nous faire mal agir et finalement de nous faire souffrir. Par la méditation, nous pouvons objectivement analyser nos faits et gestes et de voir dans quelle mesure ceux-ci sont source de bonheur ou de souffrance pour nous. Comme déjà dit, nous pouvons très bien observer de près et accepter la présence de nos perturbations mentales mais pas leur validité et, en changeant notre état d’esprit progressivement, nous pouvons purifier celui-ci afin de retrouver la paix intérieure seule vraie source de bonheur.

Et vous …, comment votre carte des dangers de perturbations mentales?

Publicités