Adopter une stratégie gagnante pour surmonter nos fautes (1ère partie)

Le fait que nous faisons tant de fautes et d’erreurs malgré tous nos efforts pour les éviter diminue de façon significative notre confiance en soi. Nous avons tellement de perturbations mentales sur notre esprit que celui-ci est souvent hors de notre contrôle au point que nous sommes incapables de gérer les situations problématiques de notre vie. Même si nous tentons de surmonter nos fautes, elles nous maintiennent en échec parce que nous cédons continuellement à leur action. Et la conséquence de cette attitude est de renforcer notre sentiment d’impuissance pour finalement anéantir notre confiance en soi. Ayant moins de confiance, nous perdons le pouvoir de les combattre tandis que ce cercle vicieux se perpétue.

Comment inverser cette tendance néfaste pour notre esprit? Face à nos perturbations mentales, nous devons adopter une stratégie gagnante, grâce à laquelle nous pourrons compter nos victoires contre nos perturbations mentales. Ce faisant, nous retrouverons progressivement notre confiance jusqu’à ce que nous soyons à même de vaincre toutes nos perturbations mentales.

Pour expliquer cette stratégie, prenons une perturbation mentale qui nous est très familière : L’attachement désirant. Celui-ci peut se manifester de différentes manières comme par exemple l’alcool, la drogue, la cigarette, un partenaire, etc. L’attachement désirant est un état d’esprit qui pense qu’une certaine condition extérieure est la cause de notre bonheur. Et que sans cette condition précisément nous ne pouvons pas être heureux. Comme le bonheur est également un état d’esprit, la pensée d’une condition extérieure source de notre bonheur est une pure illusion. La seule vraie cause de notre bonheur est la paix intérieure, celle-là même qui est générée par des états d’esprit vertueux.

Voici comment cette stratégie fonctionne pour le cas de l’attachement à la cigarette. Lorsque nous pensons ou nous voyons une cigarette, automatiquement se produit en nous un intense désir de fumer. Dans ces conditions, prenons en compte les points ci-dessous.

  1. Quel est la nature du problème? La nature de l’attachement à la cigarette n’est pas quelque chose d’externe. Le problème est la sensation que produit la cigarette dans notre esprit.
  2. Quelle est la cause du problème? La cause de ce problème n’est elle non plus quelque chose d’externe, mais bien la perturbation mentale qui entretient cette sensation dans notre esprit.

Ainsi, pour venir à bout de notre attachement désirant, nous devons changer l’objet de nos désirs. Tant que nos désirs concernent des objets extérieurs comme la cigarette par exemple, nous réaliserons tôt ou tard que ce sont des bonheurs temporaires et trompeurs et qu’ils ils vont finalement nous décevoir. Tandis que si notre intention est d’obtenir des réalisations intérieures, seules sources de vrai bonheur, nous choisirons  de développer de tels états d’esprit vertueux. De façon générale, choisissons intentionnellement de négocier avec la perturbation mentale. C’est -à-dire qu’au lieu de donner suite instinctivement ou de manière impulsive à notre perturbation mentale, nous choisissons consciemment d’opter pour une action opposée à la perturbation mentale.

[Extrait d’un cours reçu de mon enseignant Kadam Ryan]
Publicités