Avoir un esprit de compassion pour ceux qui nous font du mal

Essayons d’observer la situation d’un point de vue libre d’implication. Nous pouvons constater que non seulement cette personne est en train de faire du mal à une tierce personne, mais elle se fait également du tort en se faisant du mal elle-même.

Pour générer de la compassion pour les ceux qui nous font du mal, nous devons considérer trois choses importantes : (1) Avoir un esprit qui chérit ceux qui nous font du mal, (2) Comprendre qu’à travers leurs actions malfaisantes ces personnes se font réellement du mal, (3) voir en fait la personne qui nous fait du mal comme bienfaisante en nous permettant de pratiquer la patience. La contemplation de ces points, nous amène ici essentiellement à une analyse de qui souffre et de qui bénéficie de cette action.

Avant même que nous puissions développer de la compassion pour quelqu’un nous devons le chérir en considérant avant toute chose que son bonheur est important.

Si nous ne chérissons pas une certaine personne, nous pourrions quelquefois même être satisfaits de la voir souffrir. Mais rappelons-nous que cette personne est simplement une personne malade, souffrant du cancer de ses perturbations mentales. De la même manière que nous chérissons une personne souffrant d’un cancer, en la considérant comme malade, nous chérissons la personne victime de sa colère, parce que malade de sa perturbation mentale, la colère.

Parce que cette personne s’est mise en colère contre nous, elle produira des graines karmiques négatives, source d’une renaissance malheureuse. Une personne qui inflige une souffrance aux autres, doit s’attendre à souffrir par la suite.

C’est particulièrement utile de se rappeler que nous blâmons ceux qui nous font du mal alors que c’est notre karma négatif qui a créé les causes circonstancielles pour que l’autre nous fasse du mal. Si nous n’avions pas eu la graine karmique de celles-ci, il ne nous aurait fait aucun mal. Aussi longtemps que nous avons un tel karma négatif sur notre esprit, nous sommes potentiellement capables de créer les causes circonstancielles pour que quelqu’un nous fasse souffrir dans cette vie et dans toutes nos vies futures.

Nous devons réellement voir l’avantage que nous avons d’exploiter d’une situation où une personne nous fait du mal. Tant que nous ne répondons pas avec un état d’esprit négatif, nous purifions notre karma correspondant. Dans ces circonstances nous pratiquons la patience et ainsi nous nous engageons sur la voie de l’illumination. En effet, sans l’autre nous n’aurions pas l’opportunité d’entraîner notre patience. De ce point de vue, les gens qui nous infligent une souffrance sont une condition essentielle pour notre libération et notre illumination.

Nous avons bien de la gratitude pour ceux qui soutiennent notre pratique, pourquoi n’aurions-nous pas cette même gratitude pour ceux qui nous donnent la possibilité de pratiquer la patience? Il est très important de pouvoir anticiper cette préparation, parce que souvent dans le feu de la provocation c’est souvent trop difficile de le faire.

Advertisements