La nature de l’esprit

Réflexion du weekend

Les enseignements de Bouddha disent que la fonction de notre esprit est de percevoir et de connaître les objets et les phénomènes et que celui-ci est sans forme et sans limites. Quoi que notre esprit perçoive, il l’appréhende comme l’une de ses parties et sans obstruction quelconque il peut contenir une infinité de représentations.

Ce qui est vrai pour l’esprit A l’est également pour l’esprit B, C et D. Chacun peut ainsi étendre son champ de perception à l’infini. Or, deux ou plusieurs champs de perception infinis ne peuvent être distincts. Car cela voudrait dire qu’il y a une limite à l’infini de A à partir de laquelle l’infini de B commence ce qui est une aberration.

Ainsi, tous les champs de perception sont finalement confondus en un seul champ de perception, la vacuité ou le dharmakaya. Bien qu’apparemment distincts les uns des autres. Chacun contient la totalité de ce champ infini. Seule notre perception limitée par l’ignorance de saisie du soi, nous fait croire que les champs de A, de B, de C et D sont distincts et séparés les uns des autres.

Dans le monde mathématique des fractales, cette représentation est possible et l’image ci-jointe le démontre. Chaque partie de l’image contient la totalité de l’image et à partir de chacune des parties de l’image il y a suffisamment d’éléments pour reconstruire l’image dans sa totalité.

One thought on “La nature de l’esprit”

  1. Cher Max, je trouve que ta réflexion du week-end est brillante et tellement bien formulée, que j’en suis admirative ! Bravo pour cette belle méditation ! Bisous tout plein. Christine

Les commentaires sont fermés.